L’échéance retardée… le débat n’est pas clos !

Lundi 2 juin 2014 se tenait sur Thumeries l’Instance Locale de Concertation (ILC), présidée par le préfet et composée d’acteurs du projet de ligne à très haute tension. Ni les habitants, ni les représentants des associations locales contre le projet n’étaient invités alors que nous sommes les premiers concernés…mais c’était sans compter sur la mobilisation de près de 200 personnes amassées aux portes de la réunion, encadrés par un service d’ordre prévu par RTE et par des gendarmes de la compagnie de Douai.

Comité d'accueil ILC

Nous avons pu crier haut et fort notre mécontentement face à ce projet et à cette « pseudo » concertation. Face à la perturbation occasionnée à l’extérieur, les organisateurs de la réunion ont finalement décidé de laisser entrer 5 personnes. C’est ainsi qu’ont pu participer 5 représentants des associations locales dont RPEL59.

Initialement, la réunion avait pour but de délimiter définitivement le faisceau dit « de moindre impact », c’est-à-dire le couloir dans lequel la ligne à très haute tension aurait dû passer. Grâce aux arguments avancés par les élus et les associations, aucune décision définitive n’a été prise sur le choix du faisceau. « Marc-Étienne Pinauldt, le sous-préfet de l’arrondissement qui a récemment récupéré le dossier, est très à l’écoute des élus, observe le député de la sixième circonscription Thierry Lazaro. Je pense qu’il a fait pression sur RTE pour que le calendrier soit revu, conformément à la volonté des maires ».

Le prochain rendez-vous est fixé en septembre : cette fois, un unique faisceau devrait être choisi... Nous aurons encore besoin de vous, de votre mobilisation …alors au prochain rendez-vous !

Lire l'article de la Voix du Nord