Réflexion toujours en cours pour la future ligne THT entre Avelin et Gavrelle

Extrait de la voix du nord, le 4/06/2014

L’instance locale de concertation (ILC), présidée par le préfet et composée des différents acteurs du projet de ligne à très haute tension (THT), y compris les habitants, s’est réunie lundi soir à Thumeries pour définir les fuseaux de moindre impact. Au terme de plus de cinq heures de débat, le futur tracé a enfin commencé à s’esquisser.

 

L’échéance retardée

Initialement, la réunion avait pour but de délimiter définitivement le faisceau dit « de moindre impact », c’est-à-dire le couloir dans lequel la ligne à très haute tension aurait dû passer. Au final, c’est une sélection de quelques-uns de ces faisceaux qui a été réalisée, comme autant de pistes d’étude à conserver. [...]

Les critères

Conformément à ce qui se passe pour chaque grand chantier, la concertation publique permet à la population de participer aux prises de décisions. Elle est composée d’élus, de représentants d’associations, d’habitants concernés et de spécialistes des différentes thématiques abordées : santé, paysage, milieux naturels, agriculture…

Grâce à différents critères, comme la proximité de la ligne avec les habitations, ils étudient les fuseaux où les impacts seront les moins conséquents. Ils sont ensuite hiérarchisés grâce à des tableaux. Après en avoir débattu, l’ILC valide ensuite ces pistes. Les fuseaux comportant le plus de cases vertes ont bien entendu plus de chances d’être conservés que ceux remplis de cases rouges ou orange…

L’enfouissement

Le maire de Tourmignies Alain Duchesne en parlait déjà il y a deux ans. RTE l’avait tout de suite écarté : pour des raisons de coût, notamment, le maître d’ouvrage considérait l’enfouissement même partiel des lignes comme une option inenvisageable. C’était oublier que l’État ferait, au final, autorité.

Lundi soir, la préfecture s’est d’ailleurs montrée claire sur ce point : RTE devra étudier l’enfouissement des lignes sur les fuseaux choisis. « Travailler sur cette possibilité ne veut pas dire qu’elle sera retenue », a néanmoins précisé Marc-Étienne Pinauldt. Didier Helleboid, vice-président de la Chambre d’agriculture, a déjà fait savoir « que le monde agricole risque d’émettre beaucoup de doutes quant à cette hypothèse ».

Les « antis » mobilisés

Les mobilisations des militants contre la ligne THT se font toujours sans heurts. Elles sont même plutôt familiales. En raison d’une nouvelle manifestation en marge de l’ILC lundi soir, qui a réuni une centaine de personnes, un service d’ordre avait toutefois été prévu par RTE. Les gendarmes de la compagnie de Douai étaient également présents. Suite à un jet de pétard, ils ont reçu des renforts du peloton de surveillance et d’intervention.

Voir l'article complet...